Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Questions administratives de cavaliers sur la reprise des activités équestres

De nombreuses questions de cavaliers m'arrivent au fur et à mesure de l'actualité, des décisions et des nouvelles mesures évolutives du gouvernement face à la crise sanitaire liée au Covid-19.

 

Ces cavaliers, certains je les connais, d'autres pas du tout, les questions m'arrivent par mail ou par le biais du formulaire automatique du blog. Beaucoup posent des questions relatives aux différents communiqués officiels qu'ils ont du mal à comprendre ou pour simplement exposer leur situation et savoir si leur cas personnel entre dans les mesures annoncés.

 

Ces questions ont souvent été posées d'abord aux institutions, toutefois, celles-ci sont probablement débordées par les demandes et les relations avec les organismes officiels pour soutenir la filière, faute de réponse, les cavaliers se tournent alors vers d'autres organismes et professionnels susceptibles de pouvoir les éclairer.

 

Chaque propriétaire ou demi-pensionnaire de chevaux étant dans une situation différente, j'invite tous ceux qui souhaitent une réponse la plus juste à bien me préciser leur profil (type de structure dans laquelle votre cheval est logé, type de contrat, type de prestations, etc....). Sachant qu'à l'heure actuelle, je peux décrypter avec les cavaliers les communiqués, mais les gérants des structures où sont logés les chevaux restent décisionnaires quant aux règles en vigueur dans leurs locaux. 

 

Des questions concernent également la date du 11 mai et ce que va permettre l'Etat à partir de cette date pour les activités équestres.

 

Voici les questions et leurs réponses, qui peuvent servir à d'autres.

 

1/ Depuis le 24 avril nous avons le droit d'aller voir notre cheval (ref au communiqué du Ministère de l'agriculture), toutefois l'écurie nous refuse l'accès, est-ce légal?

Oui, car le communiqué dit bien que les propriétaires peuvent se rendre voir leur cheval pour y apporter les soins nécessaires que l'écurie n'est pas (ou plus) en mesure de faire (nourriture et activité physique). SI votre écurie nourrit et sort votre cheval sans que le personnel ne soit débordé par le surcroît d'activité alors il n'est pas nécessaire que les propriétaires se déplacent. Sachez également que lorsque les écuries autorisent les propriétaires à venir, cela oblige l'écurie à organiser et gérer un planning. Que les visites sont limitées en nombre de personne par créneaux horaires (personnel compris), et que les visites sont limitées dans le temps. Les mesures sanitaires à respecter sont également très strictes. Les parties communes (club house, bureaux, accueil et sanitaires doivent être fermés), la distanciation doit être respectée. La mise à disposition de gel hydroalcoolique doit être disponible, tout ce qui est amené à être touché doit être désinfecté entre chaque visiteurs (sellerie etc...)... Ceci est très contraignant pour les écuries. Tant qu'ils n'ont pas de problème pour sortir et nourrir les chevaux, les écuries sont effectivement en droit et ont même le devoir pour leur propre sécurité de maintenir l'accès fermé au public.

 

2/ Si le club où se trouve mon cheval fait faillite que va t-il se passer pour mon cheval?

Sauf si votre club était déjà en très grande difficultés avant la crise sanitaire, la faillite d'une entreprise met de longs mois avant que la fermeture ne soit effective. De plus, il faut attendre la fin de la crise sanitaire pour voir les effets des aides mises en place par l'Etat et par la filière. Si toutefois le club venait à fermer, plusieurs solutions:

A/ le club sera repris par un autre gérant et l'activité continuera probablement.

B/ le club fermera et alors vous pourrez récupérer votre cheval pour le mettre en pension dans un autre centre.

 

3/ Est-ce que les cours en club reprendront le 11 mai?

A l'heure actuelle nous n'avons pas cette information. Toutefois, les mesures sanitaires à mettre en place dans les lieux autorisés à ouvrir (magasins, écoles, entreprises.....) qu'il faut respecter pour la santé de tous sont très contraignantes et me paraissent difficiles à tenir dans un centre-équestre ou un poney-club. Cela sera sans doute plus facile dans les écuries de propriétaires SI des annonces de l'Etat concernent la réouverture des E.R.P (établissements recevant du public) et restent à savoir à quelles conditions. Parce que ce sont des lieux où il y a moins de monde qu'en centre équestre/poney-club, parce que chaque cavalier ne monte qu'un cheval avec toutes ses affaires personnelles, parce que c'est un public principalement adulte venant seul, etc... Par contre, les mesures sanitaires semblent difficiles à mettre en place dans un centre équestre où les heures de cours s'enchaînent, les gens vont et viennent avec un jeune public qu'il faut accompagner, avec du matériel collectif qu'il va falloir nettoyer entre chaque cours, en respectant les distances... Comment cela va pouvoir se mettre en place quand il va falloir aider les plus jeunes à se mettre en selle, à régler les étriers, ou en cas de chute ?...Cela semble compliqué. Certains clubs urbains comptent plusieurs centaines d'adhérents, il va être difficile de faire monter tous les cavaliers inscrits à l'année s'il ne faut pas dépasser un nombre très restreint (personnel compris) de gens présents ensemble sur la structure...donc à voir pour la mise en place des dispositifs une fois que la reprise sera officialisée, pour l'instant on ne sait pas.

 

4/ Je suis cavalier de club et je ne comprends pas les difficultés que les centres équestres disent rencontrer actuellement alors que l'on nous demande en soutien de régler notre dernier trimestre de l'année alors même que nous ne savons pas encore si nous allons pouvoir rattraper nos heures ni quand et comment, alors que l'Etat propose des aides aux entreprises, alors que la filière a mis en place plusieurs financements participatifs et d'autres actions solidaires telles que ventes aux enchères etc....? 

Je ne connais pas la situation financière de votre centre équestre avant la crise sanitaire. On sait que la plupart des centres vivent à l'équilibre ou à découvert et que les rentrées mensuelles permettent de couvrir le découvert pour atteindre péniblement le mois suivant et ainsi de suite. La majorité des clubs ne vit quand même pas très confortablement. Les centres ont tendance à pratiquer des tarifs bas pour être compétitifs face à une concurrence de plus en plus grande. Sauf que la marge entre le coût réel et le prix de vente d'une heure d'équitation est mince et que peu de clubs ont une trésorerie leur permettant de faire face à 2 mois d'arrêt. Là nous sommes dans une situation où les rentrées d'argent sont stoppées pour beaucoup de centres. Soit partiellement lorsqu'il y un peu de pension de chevaux de propriétaires, soit complètement si le centre ne fait qu'école d'équitation. Dans ce cas, le club n'a pour rentrée d'argent que les forfaits (ou toute autre formule que le club a mis en place) du 3ème trimestre que les cavaliers acceptent de régler. Sachant aussi que certains cavaliers ne joueront pas le jeu, quelque soit la raison. Cela ne couvrira pas l'ensemble des frais et des charges d'une telle entreprise. Charges qui elles, continuent de tomber. Il  n'y a plus de concours, plus de stages, plus d'animations. Les aides de l'Etat sont à doses "homéopathiques".... Insuffisantes et inadaptées aux entreprises équestres à ma connaissance. Les aides de la filière sont, au moment où je vous répond en pleine organisation et ne sont pas encore distribuées. Qui en bénéficiera?...sur quels critères ? ça on ne le sait pas encore. Les structures importantes seront probablement les premières sauvées de la faillite car un nombre de chevaux, de cavaliers et de personnel représenteront surement beaucoup au yeux de la filière. 

Donc oui il faut aider son club comme on le peut, surtout si celui-ci ne propose pas ou peu de pension de chevaux, surtout si celui-ci ne fait pas partie des grosses structures que la filière ne laissera pas tomber parce que ce sont des lieux incontournables. Les clubs proposeront de toute façon des rattrapages pour le 3ème trimestre. 

 

5/ Les tarifs de mon club risquent-ils de s'envoler pour compenser la perte d'argent durant la crise sanitaire?

Si beaucoup de clubs sont en difficulté aujourd'hui c'est en partie en raison d'une politique tarifaire très (trop?) basse.... Il se peut que certains gérants réalisent leur erreur de gestion et se rendent compte du risque financier dans lequel ils se mettent eux, leur personnel et leur cavalerie au moindre problème. Je ne sais pas ce que va faire votre club, il faudra leur demander directement ce qu'ils comptent mettre en place. Mais il se peut qu'il y ait une revalorisation des tarifs dans les prochains mois. S'il y a changement de tarifs, cela sera peut-être pour la nouvelle saison, à chaque nouvelle année, en principe une nouvelle grille de tarif apparaît dans la majorité des clubs. 

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article