Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Grève et filière équestre

 Le recours au droit de grève est essentiellement utilisé dans le secteur du service public. Pourtant les causes défendues touchent toutes les professions, tous les modes d'exercices et tous les secteurs d'activités.

Le privé a peu recours au droit de grève et use peu de ce procédé. Est-ce pour autant qu'il ne soutient pas les mouvements qui ont lieu ? 

Quelques postes dans le secteur public, la majorité sont dans le privé, la filière équestre est plutôt silencieuse en ce jeudi 19 janvier 2023 face au mouvement contre la réforme des retraites. 

Globalement ce milieu qui vit et évolue en vase clos, se prononce rarement sur ce genre de question. Le rythme de travail absorbe souvent les esprits et déconnecte un peu ses autochtones de l'actualité. Une sorte de vie en parallèle. Pourtant le réveil est parfois douloureux. C'est alors que le réveillé au lieu de défiler, se reconverti dans l'indifférence totale de son malaise. Aucune remise en question du milieu...

Le taux d'abandon en cours de formation ou de carrière est élevé. On sait pourquoi, mais il ne faut pas appeler un chat un chat. C'est vue comme une critique négative au lieu de reconnaître les faits et de rendre les raisons transparentes afin de les traiter sainement pour le bien de tous, à commencer par l'image de l'équitation, il faut faire comme si cela n'existait pas.

Les carrières sont majoritairement courtes. Non par faute de possibilités d'évolution, ou par désintérêt des candidats, plutôt par manque de possibilité d'y accéder. Il existe des pratiques de démotivation proche de celles du harcèlement et de la discrimination. Les déceptions sont nombreuses car les conditions d'évolution sont coûteuses, difficiles et pas sur compétences. 

Les déceptions en cours de formation et en poste, sont le résultat de conditions difficiles qui n'évoluent pas, voir régressent depuis trente ans.

Ce sont des métiers formidables. Entourés d'animaux, de nature... Le cadre de travail est souvent idyllique. L'environnement sociale et humain va malheureusement dans de nombreux cas, à l'encontre des valeurs du sport et du quotidien avec les équidés.

Soins au chevaux, entraînement, enseignement...Ces métiers sont d'une grande pénibilité physiques et morale non reconnue et non valorisée par des salaires confortables, loin de là. 

Horaires de travail étendues (tôt le matin, tard le soir, week-ends, jours fériés, travail pendant intensifié les vacances...).

Travail en extérieur hiver comme été, exposé au froid et aux fortes chaleurs.

Port de charges lourdes, manipulation d'outils et d'engins dangereux.

Risques d'accidents élevés (du à la manipulation du matériel, au travail d'écurie et au contact d'animaux à la réaction vive et parfois imprévisible, risque de chutes, de coups ...).

Nombreux déplacements : les activités de loisirs, de concours, les nombreux évènements, les formations, le perfectionnement en cours de carrière...nécessitent de nombreux déplacements et temps passé sur les routes.

...

Si ces métiers sont avant tout la réalisation d'un rêve d'enfant de travailler avec les chevaux, la pénibilité est indéniable. 

L'équitation est un peu le parent pauvre de la reconnaissance financière des métiers "passion". C'est même devenu l'argument majeur pour  justifier les faibles salaires.

"Tu as choisi, tu aimes ça, c'est ta passion"...

Mais un médecin aussi a choisit, c'est ça passion, il aime ce qu'il fait.... Non ? Il vit correctement de son activité, et c'est très bien.

"Lui il a fait dix ans d'études"! 

Un enseignant sérieux, consciencieux qui souhaite sortir du cadre de l'animation, fait aussi dix ans d'études et même plus car il a obligation de se former tout au long de sa carrière s'il veut rester au fait des techniques de pédagogies qui évoluent, de soins et d'entrainements du cheval. Lui-même doit continuer à se perfectionner et à entretenir sa technique et ses connaissances tout au long de sa carrière. 

"Lui il sauve des vies"!

Quand on voit toute la communication sur les biens faits du sport et du contact avec les animaux. Quand on voit tout le marketing autour des activités à caractère sociale que l'on peut faire avec le cheval et cette nouvelle mode qu'est l'Equithérapie auprès des différents publics en difficulté.... Le terme "sauver des vies" est tout à fait approprié. 

Ce sont des métiers ingrats, car méconnus et sous-estimés.

Si l'on résume la réforme des retraites proposée pour 2023 au recul de l'âge légal de départ en retraite, on sait bien qu'une loi comporte bien plus de mesures. Peu de monde a lu le texte de loi proposé. Peu de manifestants dans les rues ont lu cette proposition en totalité. Certaines mesures sont probablement une bonne chose pour les salariés. 

Il faut reconnaitre que la pénibilité des métiers de terrain de la filière équine, ne permet pas d'exercer jusqu'à 60 ans. Alors au delà.... On n'imagine pas...

Pourtant, on s'étonne du silence des actifs de terrain.

Des postes sont moins pénibles, mais sont rares, chers et ne seront pas accessibles à tous lorsque l'âge ne leur permettra plus d'exercer sur le terrain.

Est-ce que la filière ne se mobilise pas parce qu'elle sait qu'au regard du taux d'abandon (bien avant l'âge de 60 ans) cela ne concerne que peu d'employés ?

Est-ce qu'elle ne se manifeste pas parce qu'elle a "tout" misé dans la mobilisation contre la T.V.A ? Mobilisation soutenue par les dirigeants essentiellement parce qu'elle leur ferait potentiellement perdre des clients. Par contre elle ne semble pas s'émouvoir de perdre de bons employés devant des conditions salariales inadaptées....Mais à côté de ça, elle se plaint de ne pas trouver de candidats (il y a en effet plus d'offres d'emplois que de demande). On se pose la question...

Est-ce qu'elle ne se manifeste pas parce qu'elle ne réalise pas.... Les mobilisations dans la filière sont principalement menées par des employeurs, eux-mêmes ne voyant pas le problème de travailler au delà de 60 ans ( en toute logique car ils n'ont pas la même pénibilité que leurs employés) ?...

L'interrogation est entière....

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article