Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La légèreté et la compétition font-elles bon ménage?

A la question titre, La légèreté fait-elle bon ménage avec la pratique de la compétition?

On pourrait répondre, ça dépend....

On pourrait répondre pas tout le temps....

On pourrait répondre que c'est une question de personnalité, car la compétition n'est pas un contexte qui plait et qui convient à tous les cavaliers. On pourrait répondre que globalement la majorité de ceux qui pratiquent dans la légèreté ne pratiquent pas ou très peu la compétition. C'est une question de goût, pas de séparation ni d'opposition.

On pourrait répondre que cela dépend selon le niveau de compétition pratiqué Ce n'est pas tellement que les deux s'opposent, puisque la légèreté est une technique, une philosophie alors que la compétition est un outil (pédagogique, de valorisation, de faire valoir pour le cavalier, de commerce etc...). Il n'y a à priori par de raison de les opposer sauf que les résultats sont là. Visiblement quand on pratique une équitation légère, on ne peut obtenir d'aussi brillantes moyennes que des chevaux très expressifs, présentés très fortement montés. ça en rebute certains d'office, ça en dégoûte d'autres en cours de route, ça en limite une partie à un certain niveau de compétition. 
La courses aux allures et à l'expression est compréhensible, mais sélectionnent des chevaux puissants qu'il est difficile de monter dans la légèreté, il est évident qu'on n'obtient pas les mêmes résultats dans le même laps de temps selon les pratiques. Une carrière sportive est assez courte chez un cheval au regard de son temps de formation dans la légèreté. Ce qui laisse peu de temps et d'occasion de "performer".  D'autres courants arrivent à des résultats plus vite avec des chevaux plus forts d'où leur présence massive dans le circuit de haut niveau. 

Cela créé une forme de sélection involontaire au départ.

Les critères de jugements des mouvements sont plutôt justes. Quand on demande aux juges ce qu'ils recherchent, tous dont d'accord, et disent apprécier les qualités de décontraction, fluidité, aisance, souplesse, harmonie... Toutefois devant un cheval  X effectuant un mouvement Y, tous les juges qui l'observent, certains vont le trouver très juste et répondant à tous les critères, et d'autres non. C'est un peu comme de se retrouver à plusieurs devant une voiture rouge, et certains vont la voir bordeaux, d'autres lie de vin, d'autres grenat, d'autres....

Tant que les compétitions de dressage seront jugées par des yeux humains où une subjectivité, même non volontaire et pas forcément consciente existe de fait, il semblera inévitable d'opposer à tort deux choses pas forcément opposées ni même comparables. Cela fait exister comme une équitation à deux vitesses. 

Je vous invite à lire l'article très intéressant de Monsieur Christian Carde. Ancien écuyer en Chef du Cadre Noir de Saumur.

http://allege-ideal.com/technique-equestre/articles/207-a-un-ami-juge-de-dressage-la-reflexion-du-mois-de-christian-carde

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article